13230274_10154283612624390_2011189559434474751_n

 

Pour moi le mot vacances a toujours eu une sonorité plutôt « évasive » et je crois que c’est en quelque sorte ça pour la majorité d’entre nous.   Du temps où ma priorité était axée sur mon travail et que mon corps en était aussi l’un des outils principaux je me permettais de ne plus bouger et de faire la crêpe pendant des jours.  Je me permettais aussi de boire plus souvent (alcool), de manger des choses que je ne me permettais pas, de me coucher et de me lever plus tard….bref de défaire toutes les règles de disciplines établies et religieusement suivies en cours d’année.

Ce qui m’amenait à exagérer sur TOUT car je m’étais tellement privée pendant l’année que je me sentais comme un prisonnier à qui on ouvre une porte pour une période «X » en sachant que je retournerais dans mon trou à la fin du temps qu’on m’allouait. Et au retour je reprenais d’où j’en étais avant de sortir mais avec en prime un body, un mental et un coeur affectés à avoir trop eu peu de manquer de temps pour en profiter, comme si étrangement le temps m’était alloué que lorsque j’étais…en vacances.

Une fois les vacances terminées, cela pouvait me prendre plusieurs jours ou semaines à me régénérer pour reprendre le contrôle de mon corps et de mon esprit et souvent dans un état frustrée d’être retournée là où j’étais…à travers des règles et un cadre préconçus véhiculant une sorte de mal de vivre de ne pas pouvoir être libre plus souvent.

Un jour je me suis littéralement écoeurée de ce mal être qui me laissait sans vie et je me suis permise de décortiquer mes vacances et d’en distribuer des graines dans ma vie en général, ce qui a commencé par comprendre que le temps était disponible tant que l’on en voulait si on se le permettait.   Et à partir de là telle une Clandestine je me suis permise de ne pas défier les règles mais de les vivre à ma manière.

Aujourd’hui je suis à l’écoute et en connexion avec mes sens, mon esprit et mon corps en tout temps.   Je me suis permise un jour et oui je le dis bien, permise…de défaire tout ce qui avait été construit pour mieux me reconstruire car je ne trouvais pas normal que le mal de vivre me colle à la peau continuellement sauf quand j’étais en vacances.

LE MAL DE VIVRE ça dit beaucoup…c’est entre autre un bon guide pour nous indiquer si on est au bon endroit dans certains aspects de notre vie.

LE MAL DE VIVRE en quelque sorte le mal de notre société n’est pas comme un rhume passager qui partira avec quelques tylenols et un bon dodo mais c’est un signe, un appel…c’est en fait ton âme qui s’est perdu à travers ton être et qui t’appelle à l’AIDE. Il t’indique que ici maintenant il n’y a que l’enveloppe de ton corps qui est présent mais le reste erre à travers un espace physique vide et éteint.

TON être, TOI…c’est TOI et personne d’autre qui peux mettre un terme à ce mal de vivre entre autre en cessant de te chercher à travers le regard des autres, ou en cessant d’analyser les autres. En t’accordant du temps pour t’observer et t’écouter toi et ça inclu tes vérités cachées car c’est à travers elles que le mal de vivre évolue. Te connecter à toi même plutôt qu’aux autres non pas par égocentricité mais plutôt par aspect thérapeutique.

Lors de périodes d’évasion (vacances), tu crois parfois que ton mal de vivre est parti, telle la tylenol qui vient alléger ton mal de tête. Mais soyons honnête, il reviendra car cet état est illusoire et éphémère et il n’a pas affecté qu’une partie de toi même mais il t’a affecté en ENTIER.

Tu as perdu la connexion ENTIÈRE de ton être ? Tu fonctionnes en pièces détachées ? Ton cerveau, tes sens, ton coeur et ton corps ne sont plus reliés car tu les traites indépendamment sans te préoccuper du dommage que tu fais aux autres lorsque tu t’adresses à un seul et c’est à travers ces failles que le mal de vivre se glisse.

Tout ce que tu porte en toi que ce soit physiquement, énergiquement, physiologiquement, mentalement, émotionnellement est VIVANT en toi et ne fait qu’un et ça c’est une règle fondamentale à laquelle nous ne pouvons échapper, autrement il y a dysfonctionnement qui se manifeste dans notre réalité, celle qui vit en et autour de nous.

Nous sommes dans une société où malheureusement c’est chacun pour soi et ceci se reflète sur notre façon de traiter notre corps, notre âme, notre être, notre vie.   Plutôt que de passer notre temps à analyser, juger, envier et copier nous devrions apprendre, échanger, partager et évoluer à travers les autres mais la société semble vouloir prendre un autre chemin… mais j’ose croire qu’il n’est pas trop tard pour prêcher le bon exemple en commençant par nous reconnecter nous même à l’essentiel.

Ton corps et TOUT ce qu’il contient doit être en parfaite communication, en parfaite connexion et c’est ce qui fait de toi que tu es un être ENTIER et être ENTIER c’est être parfait à travers ses imperfections. Car lorsque tu te permet d’être ENTIER, tu es authentique, tu es TOI et assurément tu n’es pas comme les autres tout comme notre monde externe qui lui est PARFAIT à travers les différences (différents climats, ethnies, langages, couleurs, végétations, culture, nourriture….).

Si la nature est parfaite à travers tant de diversités, pourquoi nous humain, devrions nous être comme tous les autres ? Bref le sujet pourrait être encore très long…

En toute humilité permettez moi de vous suggérer si cela n’est pas déjà fait, cet année si vous voulez ne serait-ce que vivre vos vacances pleinement et entièrement sans les terminer en vivant déjà dans l’attente des prochaines:

– Permettez vous de profiter de ce moment d’évasion de vos rôles pour vous reconnecter, vous découvrir, faire connaissance avec vous même

– Permettez vous de vous poser la question à savoir si vous êtes au bon endroit entre autre dans votre vie professionnelle. C’est important d’être heureux dans votre vie professionnelle puisqu’elle occupe une grande partie de votre vie, mais c’est aussi important qu’elle ne prenne pas toute l’espace.

– Permettez vous de vous poser la question à savoir si j’avais le choix sans souci financier, qu’elle serait le métier que j’aimerais pratiquer

– Permettez vous de reconnaitre quels sont vos véritables goûts et valeurs

– Permettez vous de reconnaitre et d’honorer l’être réel que vous êtes sans véritées cachées.

et la liste pourrait être encore longue…

PERMETTEZ VOUS le meilleur de vous même plutôt que de l’anesthésier davantage l’instant de quelques jours avant de revenir à une routine quelconque.

ET si vous vous PERMETTEZ la vérité, elle agira telle une graine qui fleurira au retour de vos vacances pour peut être en arriver à vivre heureux en respect avec l’être ENTIER que vous êtes.

Et juste comme ça parce que j’y pense là…Vous en êtes où avec votre résolution du jour de l’an ? 😉

Le désir d’évoluer ne devrait pas être l’affaire d’une seule fois par année mais mais un intention que l’on nourrit à travers chaque souffle de notre vie dans des moments partagés entre l’inconscience et la conscience.

Bref la vie n’a pas fixé un moment X au calendrier pour s’offrir du bon temps et être heureux… la vie, TA vie ne te demande qu’à être vécue pleinement ICI MAINTENANT et ce, pour chaque jour qu’elle t’offre.

Voilà à vous tous je vous souhaite tellement mais tellement que cette année vos vacances soit tout simplement source d’évolution à travers le plaisir pour faire place à plus de temps pour vous qui ne s’associe pas juste avec le mot vacances.

Peace, luv et vivre en tant qu’être ENTIER c’est vivre en toute LIBERTÉ xx

 

Discussion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *