pardon

(avertissement aux lecteurs que certains passages peuvent paraître « étrange » si l’on lit avec le mental en mode analyse…laisser couler sans jugement et le cœur comprendra.).

L’une des plus grande et plus profonde blessure que j’ai porté toute ma vie, mon plus grand destructeur de toujours a été la peur du rejet, une peur qui était tellement ancrée en moi qu’elle n’a fait qu’attirer rejet après rejet tout au long de ma vie.  Que ce soit à travers des cercles professionnels ou personnels.

En fait cette peur je croyais l’avoir intégré par moi même du fait que ma relation avec mon père a toujours été très très difficile. Mon père est un homme qui a vécu énormément de frustrations tout au long de sa vie n’ayant lui même jamais connu son réel papa a donc vécu le rejet de par un père emprunté, alcoolique et violent et par protection probablement instinctive est devenu un homme aigri par la vie nourissant une colère continuelle en lui et une certaine misogynie. Le pattern s’est répété avec moi, notre relation se résume à faux pardon et rejets répétitifs depuis que j’ai 15 ans. Beaucoup de blessures se sont accumulées tout au long de ma jeunesse de par son comportement très autoritaire, son manque excessif d’appréciaton et de par ses multiples rejets à m’ignorer pendant des mois voir même années du moment où il a compris que c’était sa seule façon de continuer à avoir une emprise sur moi… conscient ou inconscient je ne pourrais vous le dire car tout ça lui appartient et là n’est pas son procès mais reste t’il qu’à l’âge adulte le choix m’appartenait de permettre ou non de continuer à endurer ces situations malsaines et répétitives.

Aujourd’hui ça fait près de 2 ans que l’on ne se parle plus. Lors de mon dernier rejet je me suis dit que s’en était terminé, j’ai décidé fermement que c’était la dernière fois qu’il me blessait et je me suis créée la fausse vérité illusoire qu’il était dorénavant décédé. J’ai averti mes 3 frères (je suis la seule fille) de ne plus me parler de lui et de ne plus m’inviter à ces fêtes familiales et superficielles où il serait présent. Mon coeur à cet époque était déjà en milles miettes puisque j’étais en plein coeur de mes faillites suite à mon divorce donc en plein dans l’oeil de la tempête. La priorité était donc pour moi de garder mes énergies pour ma reconstruction entière. Ce que j’ai fait tout en acquiérant une belle patience et un certain succès… pour ce qui est de l’autonomie j’avais déjà été entrainé à la dure depuis toujours…la testostérone était plutôt à l’honneur chez moi.

Mon cycle de reconstruction psychologique étant pour moi clairement terminé les étapes étant tous bien accomplie je demeurais avec un grand sentiment que j’étais incomplète et je ressentais et j’attirais toujours ce fameux REJET, le papillon maintenant sorti de son cocon avait peine à s’envoler pleinement.

Au printemps dernier j’ai décidé d’entreprendre un défi personnelle parmi tant d’autres de 28 jours de méditation au bord des berges du St-Laurent au levée du soleil, les grandes demandes que je fesais à ma puissance supérieure (pour nourrir le pouvoir de l’intention) étaient principalement basées sur: Merci de me guider vers la compréhension de ce que j’ai à apprendre sur ce fameux rejet qui se répétaient dans différentes sphères de ma vie.

J’ai dû faire face à plusieurs choix de réponses tous expérimentés et tous sans succès.

À travers tout cela je croisais occasionnellement mon père qui habite à 2 coins de rue de chez moi. Chaque fois que je le voyais je devenais en sueur et ressentais une angoisse profonde, il était évident de par cette réaction que les blessures étaient loin d’être cicatrisées. Chaque fois que je méditais pour lui envoyer de la lumière le noir était tellement intense que ma lumière s’éteignait me laissant avec un point d’angoisse énorme à la poitrine et un grand vide d’énergie… tellement je combattais. Je préférais donc éviter et poursuivre dans mes fausses illusions qu’il était mort. Mais les illusions sont éphémères et finissent toujours par nous ramener nos vérités en pleine face tant que l’on ne les a pas réglées dans la réalité celle qui vit pleinement dans nos mémoires cachées.

Au cours du mois d’août j’ai particié à un atelier de 4 jours sur les rites autochtones, mon père est un autochtone de souche pure. Depuis que j’ai pris ma débarque afin de garder les 2 pieds sur terre je sentais un besoin brute de renouer avec mes racines et la vie me guidait de plus en plus vers la nature, les forets et les rivières ce que j’ai toujours aimé mais délaissé. Et plus j’avançais sur mon parcours plus je ressentais le besoin de me connecter davantage, il était donc bien orchestré par la vie que cet atelier croise mon chemin puisqu’elle m’éveillerait davantage sur mes véritables racines.

Je savais ou plutôt je sentais, sans aucune attente de ce que j’allais faire là bas mise à part camper dans le bois et faire des rites, que je pardonnerais et que je laisserais tout ça là bas pour enfin fermer le dossier une fois pour toute… je sentais réellement que j’étais prête que j’étais rendue là, les étapes précédentes ayant libéré l’espace nécessaire pour mieux accueillir cette suite.

Je ne peux vous raconter ce weekend trop intense en magie certainement trop « weird » pour certains et croyez moi je ne juge pas ceux qui trouvent ça « weird » car moi même je n’aurais jamais cru en arriver là un jour. Et oui les énergies de la nature, les possibilités que l’on détient en nous, les rites que l’on n’y croit ou non qui nous gardent conscient de notre réalité et qui sèment en nous des graines profondes pour la réalisation de ce qui nous tient le plus à coeur…et oui la magie existe, pour ma part les énergies puisées à travers les oiseaux, les arbres, la nature et l’univers font partie intégrale du pouvoir qui me permet de continuer à aller de l’avant à travers le mouvement de la vie.

Ce fût 5 jours où chaque rite, chaque élément ont été déposé divinement au bon endroit, au bon moment pour que je réussisse à aller dans les profondeurs enfouies de mémoires génétiques (je sais ça parait encore weird mais pourtant prouvé scientifiquement) pour comprendre ce que je portais en moi depuis toujours…qui en fait n’appartenait totalement pas à mon père mais à ma grand mère et plus loin encore dans ma lignée. (Ça c’est une autre histoire).  Pour pardonner à mon père, je devais pardonner à ma grand mère du mal qu’elle avait fait à ma mère et que ma mère m’avait par le fait même transmis…oui oui je sais c’est un peut trop forcé mais toujours est il que…

Je vous jure je fais partie de celle qui a toujours CRIÉ haut et FORT on s’en fou du passé…laisse le passé dormir il est bien où il est. Mais lorsque qu’une blessure profonde vit en nous depuis toujours et que malgré plusieurs tentatives elle persiste à demeurer nous n’avons nul autre choix que d’ouvrir les portes pour aller fouiller dans les profondeurs des archives autrement elle ne fera que demeurer pour refaire surface dans les moments où tu t’en attends le moins pour s’approprier, sans crier garde, de ton âme.

Devant cette consicence génétique, vous avez pas idée comment je me suis sentie de plus en plus libre comme jamais. Vous avez pas idée du poids que j’ai libéré sur place et vous avez pas idée comment pour la première fois de MA VIE en dehors de mon métier ou plutôt ma vocation, je me suis senti au bon endroit à travers un groupe de FEMMES en tant que participante, témoin sans jugement, sans critique et acceptée tel que j’étais sans aucune envie de prouver quoi que ce soit complètement déconnectée de mon rôle de thérapeute, rôle que j’ai en passant accepté de porter et d’afficher fièrement maintenant car les énergies sur place m’ont clairement confirmé que j’étais à la bonne place et surtout de ne plus craindre de me réaliser pleinement en tant que femme forte, conteuse et guérisseuse de l’âme car je le suis et nous le sommes tous lorsque nous fesons confiance à notre instinct.

Je vous rassure les énergies ce ne sont pas des voix que j’entends de l’au-delà, mais ce sont des signes de la vie qui t’apparaissent et qui t’ouvrent à des prises de conscience et des réponses pour te guider là où tu dois aller, ce qui est donc accessible à tous et très terre à terre si naturellement vous ouvrez votre cœur pour permettre l’intuition.

Mais ATTENTION je me permets de vous rappellez que j’ai plusieurs autres étapes avant ce 4 jours intense. Ce n’est pas le 4 jours d’ateliers qui a fait d’un coup de baguette la femme que je suis devenue. Non n’oublions pas que j’y travaille depuis plusieurs années. Telle un oignon, les couches ont été enlevées soigneusement l’une à la suite de l’autre, j’ai respecté les étapes et les cycles parfois en tant qu’observatrice et parfois en actrice.

À la finale je reviens de cet atelier sans aucune attente de la suite, je suis BIEN et plus encore et c’est tout ce qui compte. En me réveillant au matin je m’installe sur mon ordi et j’entre en ‘transe’ c’est un peu ce que je fais chaque fois que j’écris ce qui veut dire que je laisse mon cœur guider mes doigts sur le clavier telle une danse sans censure. Et devinez quoi ? J’écris une lettre pour mon père que j’avais déclaré MORT il y a 2 ans. Et oui je le fais renaitre et je lui raconte l’expérience de mes 4 jours tout en lui exprimant ma perception de ce qui était arrivé à notre relation et sans aucune critique envers lui même (chose que je faisais dans le passé lorsqu’il me rejetait) je lui raconte que je suis maintenant bien avec moi même et je me permets ici de vous partager la finale de ma lettre de 3 pages  que je lui ai envoyé (à noter que je « vouvoie » mon père) :

« Aujourd’hui mon père m’apparaît encore …ben oui…et pour la première fois en moi je ne ressens plus d’indifférence, ni de peur je ressens la paix avec moi même et je vous porte dans mon cœur.

Je ne sais pas ce qui en sera de vous mais pour ma part le ménage a été fait et bien sûr le reste vous appartient.

Peut importe ce qui en sera je continuerai mon chemin et ma quête avec toutes les forces que je porte en moi et qui se sont éveillées davantage à travers toute cette libération.

Qui sait peut être serez vous un accompagnateur à travers une partie de ma route ou peut être l’avez vous déjà été.

À vous de voir

paix, amour, harmonie et plus envie de me faire chier…xx

Lorsque le temps est venu d’appuyer sur « send » en temps normal j’aurais angoissé et j’aurais hésité mais il n’en fût rien de tout cela. Je me suis senti encore plus légère car je savais que maintenant j’avais libéré ces veilles mémoires que j’ai laissé sur cette terre lors des rituels des ateliers, que maitenant je n’avais PLUS AUCUNE ATTENTE et surtout je sais que la vie est magique et qu’elle sait placer les événements au bon moment au bon endroit…comprenez que nous devons contribuer à plusieurs efforts pour que cette magie conspire à travers notre parcours à commencer par observer notre réalité et la permettre ce qui est l’une des parties à la fois difficile mais combien une belle ouverture pour mettre en œuvre les bonnes actions.

Aussitôt ma lettre envoyée, j’ai ressenti un énorme besoin de méditer et pour la première fois à travers mes multiples tentatives de méditation à son égard pour lui envoyer compassion, amour et pardon j’ai réussi à ressentir cet amour pur et authentique que je portais en moi pour porter mon père dans mon cœur et pardonner. J’ai enfin ressenti cette lumière intense me réchauffer cette fois ci pas comme une boule d’angoisse mais une caresse de mon cœur qui me disait un énorme MERCI pour toute cette espace que je venais de créer en moi pour qu’il déploie enfin ces ailes dans l’infini possibilités (mon cœur).

SI vous saviez comment j’aurais pleins de détails à ajouter mais je vais me limiter ici car l’histoire est beaucoup plus longue que ça et déjà assez longue comme ça  😉 l’important pour moi ici c’est le contenu du message.

Je suis partie à mon atelier de 4 jours en disant que je reviendrais en tant que femme complète et enfin plus que jamais je le ressens en ENTIER. J’ose vous admettre que lorsque j’écrivais certains textes comme de quoi que j’étais entière, complète et parfaite je le savais car nous le sommes tous mais je ne le ressentais pas toujours harmonieusement…je me sentais un peu traitresse et superficielle envers moi même et par le fait même envers vous même. Bref aujourd’hui je vous jure que suite à ce texte je ne détiens plus de vérités cachées aussi profondes en moi et cette libération a eu un effet pour tous ceux qui m’entourent car l’espace libéré a fait place à plus d’amour et a laissé s’envoler le désir à tout prix d’être aimé de tous…Mais vraiment juste à l’écrire et le sentir…vous avez pas idée de la liberté…maintenant je vois ces gens qui envient, qui jugent, qui critiquent et je souris tout en m’en éloignant sans jugement juste parce que j’ai juste plus aucune envie de ça dans ma vie.

Et ben voilà au lendemain de mon envoi je me suis réveillée j’ai ouvert mon ordinateur et mon père m’envoyait ce court petit mot ;

« Heureux  d`avoir de tes nouvelles, je te  remercie.

Au plaisir de te revoir  bientôt »

Et oui c’est court et peut être un peu froid aux yeux de certain mais c’est tout mon père ça et c’est amplement suffisant. Je le connais le « bonhomme » comme mon chum se plait à appeler son feu papa qu’il a adoré et comme mon père appelait le sien qu’il haissait à mort…comme de quoi qu’il ne faut pas s’arrêter à de simples mots pour faire un constat.

Moi je le connais le mien et je sais que je ne peux pas demander plus que ce simple mot et je sais surtout que je ne le changerai pas mais j’ai tout de même envie de lui envoyer de la lumière à travers toute sa noirceur. Je sais maintenant que ma lumière est plus forte que la noirceur et croyez moi à travers ces dernières années j’ai développé d’excellence aptitudes à voyager dans le noir et c’est fou comme la lumière devient de plus en plus éclatante dans la pratique donc davantage dans l’expérience qui se vit à travers la réalité 😉

Ben voilà un autre grand partage qui je vous avoue, ne pas avoir ressenti le besoin comme d’autre texte de vous partager car mes textes ont toujours agit comme une thérapie pour moi mais aujourd’hui je suis tellement bien que je ne ressentais pas ce besoin thérapeutique comme tel. Toutefois j’ai compris au cours de mon atelier que l’écriture fesait partie de mes dons à transmettre le bon et que je pouvais continuer à laisser danser mes doigts librement et joyeusement sur le clavier aussi longtemps que le cœur y serait et surtout parce que j’ai envie de DONNER et de PARTAGER et que si mes textes touchent au moins une personne à chaque fois que j’écris et bien j’en suis très honorée et heureuse… je demeure patiente que chaque graine semée fera abonder ce magnifique jardin de bienveillance à laquelle j’aspire à être entourée.

Et ben voilà on continue à aller de l’avant et avec des ailes qui se déploient maintenant plus librement on ne peut qu’aller plus loin 😉

Peace, luv et vivre le pardon au delà des mots xx

Linda H.
La Clandestine

P.S.  N’hésitez pas à poser des questions…ça nous aide toujours tous à évoluer tant au niveau des lecteurs que moi même 😉

Discussion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *