6249fa85a0b205658f0bcd4a8466f6e8

Merci à toutes ces personnes qui m’entourent et qui, dans nos échanges, me poussent davantage à assumer « la femme » que je suis réellement à travers ma mission de vie et ma grande passion pour le yoga et tout ce que j’y greffe, même à travers certains désaccords. Cette « femme », que j’aime appeler « sauvage », dans les temps anciens, se proclamait « vierge » .

La femme « vierge » qui n’avait rien à voir avec un statut « physique et sexuel » était celle qui était autonome, libre, et qui assumait pleinement, sans culpabilité, et sans se poser de questions, ses choix et son essence. Elle célébrait la vie à travers ses actions et la vie elle même. Elle n’était pas touchée par la masse et les courants. Je reconnais de plus en plus fièrement cette femme en moi qui a un désir ardent de vivre et de s’exprimer sans censure, sans quoi, je me sens « incomplète » « démembrée » et « inerte ».

Sans aucune prétention, je vois tout ce qui pousse autour de moi, et dans ma réalité de devoir en vivre, je cherche un moyen de me faire découvrir.

La quantité d’offres devient énorme, et je n’ai nul autre choix que de me faire conseiller du côté de la publicité…et en répondant à toutes ces belles questions pour faire avancer le processus, je me rends bien compte que je suis complètement « ailleurs ». Ma vision et ma mission est tout autre que ce qui est courant, car assurément, je ne veux pas, et je n’ai jamais aimé suivre la masse.

Tout comme la nature j’aime m’identifier à mon essence pure et respecter mes cycles et ce, même si c’est dérangeant.

À travers mes échanges, l’une me disait, dans un tout autre domaine professionnel, qu’elle travaillait fort pour se démarquer, et qu’elle devenait frustrée de voir des gens réussir parce qu’ils étaient bien entourés ou plus fortunés, et que parce qu’elle assumait sa différence, elle n’était pas aussi reconnue et pourtant, détenait un grand talent. Mais comme c’était unique et différent, cela attirait moins de monde car ce n’est pas ça la ….MODE. Un talent inné qu’elle a malheureusement abandonné car il fallait qu’elle vive, alors que ce talent est ce qui lui donnait vie et qui la connectait à ce qu’elle est, à la source même de…la femme sauvage, la vierge.

Dans un autre échange, l’une partage sa frustration qui se transforme en colère, de voir les gens encourager que ce qui marche déjà, sans donner la chance à ceux qui débutent. On va aller là où les gens vont, là où la mode nous mène, là où la pub nous dirige, là où les célébrités vont…sinon ça ne doit pas être si bon. Imaginez si « Apple » faisait une publicité de moi demain …même si je n’avais aucun talent…imaginez ;).

Et à travers mes partages, des clients et participants qui sentent que j’ai beaucoup plus à partager alors que je me limite…et me demande pourquoi ? ET moi de leur répondre que ce que j’ai à partager n’est pas quelque chose de reconnu comme tel. Oui, par une petite masse, mais loin d’être majoritaire, et ce n’est assurément pas une mode, c’est la vie et toute sa magie sans illusion, transmise d’une manière « instinctuelle » et qui pourtant, nous fait avancer davantage à travers nos réalisations, nos créations, nos possibilités mais encore faut il…oser.

Dans mon désir de vivre de ma mission, je me suis surprise plus d’une fois…oh oui… à avoir eu peur, et de m’être paralysée à ne plus savoir quelle direction prendre, même si mon coeur SAIT… je dois vivre OUI, et pour cela, je dois faire fonctionner mon centre, mes ateliers, mes retraites. Mais dois-je me mettre à la mode pour avoir plus de succès ou puis je me permettre de faire ressortir mon essence unique au détriment d’être rejetée de ce monde dans lequel j’ai décidé d’oeuvrer à travers ma mission de vie, puis je avoir le courage de me lancer sans censure vers ma vision qui, ici maintenant, ne s’identifie à aucune communauté déjà existante ou du moins déjà reconnu par la masse ?

Dois je revenir où j’étais avant, parce que ça « pognait plus » et que c’est ça qui est à la mode aujourd’hui ? Alors que ce que j’ai à transmettre maintenant a fait ses preuves pour me garder en vie, et m’a permis de continuer à avancer , et oser davantage aller là où je n’aurais jamais eu la force d’aller avant, un fait aussi relevé à travers multiples témoignages de participants(es) qui ont osé, non pas débuté mais tenir la route suite à mes partages de toutes sortes.

Ce jour, où on ose identifier notre essence nous nous retrouvons à parcourir des routes où il y a peu ou pas de gens, parfois même isolé, là est le passage qui prend le plus de courage, mais une fois ce passage complété, les personnes qui se doivent de croiser ta route se grefferont à travers le “flow” des cycles nécessaires à ta mission de vie, à la leur, à la nôtre.

Je ne suis pas meilleure, je l’ai toujours dit, je suis toutefois différente et je l’assume pleinement dans ma façon de transmettre, de communiquer, d’être…et nous sommes plusieurs ainsi, et aussi plusieurs à avoir envie de dénoncer, à avoir peur de se dévoiler…peu importe le milieu, toujours figé par le monde physique, (argent, matériel, regard des autres…) alors que le subtil est tellement, mais tellement plus puissant. Par ce constat, et cette expérience du monde subtil, j’en conclue que ce que j’ai à partager ne se publicise pas, il se transmet …j’aurai beau chercher les mots, les images, mais ce ne sera jamais aussi réaliste que de le vivre… au risque de me répéter.

Je porte en moi l’ « instinctuelle » femme « vierge », je l’assume, et advienne ce qui en suivra, j’ai le goût de partager à toutes les femmes de ce monde qui veulent, tout comme moi, apprendre à mieux se connaître à travers la nature, les cycles, et toute l’abondance de la vie, sans flafla. Et non je ne m’improvise pas à un statut ou une association quelconque et je ne suis pas comme une telle ou comme un autre…car j’ai ma façon bien à moi.  Je suis cette femme qui ose se dévoiler complètement à nue, car c’est à travers la transparence qu’elle y voit toute la beauté réelle de ce monde, et qu’elle s’y sent…chez soi.

Et messieurs, sachez que cela n’a rien à voir avec un mouvement féministe ! Dans cette vision de la vie, l’homme ne peut être écarté, et fait partie d’un tout pour l’équilibre de chacune, et assurément, une femme “sauvage” ne peut qu’être plus aimante, plus intègre, plus sensuelle, plus authentique et plus…femme.  C’est à travers la fusion de nos corps et des  cycles que nos énergies s’élèvent davantage pour créer la vie en abondance.   Peace, luv et voilààààà entre autre l’essence de La Clandestine…celle ci ayant comme désir d’inspirer et de s’entourer de toute la beauté de la vie sans flafla et fière d’être une INSTINCTUELLE FEMME VIERGE…ce qui aura été un long processus pour ne serait-ce, qu’accueillir ce don. Et vous, faites-vous ou ferez-vous partie des Clandestines qui oseront être une « INSTINCTUELLE FEMME VIERGE » ?

Discussion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *