Conception sans titre

Il était une fois…
Conception sans titre
L’histoire parle d’une femme qui après avoir sauté son cycle de jeune fille, à moitié vécue son cycle de mère se retrouve dans la forêt à devoir trouver le refuge…son refuge celui où tout deviendra plus clair.

L’histoire dit que la femme parcourait la forêt sans boussole, ni carte, ni point de repère pour trouver ce refuge donc elle avait entendu parler à travers l’écoute de son coeur, elle errait entre le jour et la nuit guidée par son instinct et son coeur.  A quelques reprises cette femme fût prise de fatigue à travers cette longue route à en perdre parfois espoir et à en tomber dans la boue, parfois même devant les yeux de quelques passants qui croisaient son chemin en faisant semblant de ne pas la voir. Normal elle avait tellement l’air confuse, parfois même à en faire peur…qui voudrait se lier à une femme qui marche dans la boue. Mais à travers cette ignorance et cette noirceur profonde, elle trouva la force subtile de se relever et de marcher à nouveau vers la lumière…mais elle marchait toujours « vers » et non « dans » la lumière, ce simple jeu de mot ne faisait pas de sens à l’époque. Il aurait été facile à force d’épuisement de se coucher et de ne plus bouger ou encore de rebrousser chemin d’où elle venait. Mais on dit que cette femme eu le courage de passer à travers ce chemin de boue, de brouillard et de noirceur pour atteindre un jour à nouveau la lumière… pour être accueillie par cette puissance qui la libéra de tout ce fardeau qu’elle avait porté aux cours des ces derniers cycles à travers multiples rôles. Une fois dépouillée de toute la gravité qu’elle portait, elle put percevoir tous ses âmes qui comme elle, avait réussi eux aussi à passer ce mur. Ces âmes de coeur étaient d’une beauté inexplicable, inestimable et combien chaleureux et aimants…sans jugement dans l’accueil de ce qui était maintenant ici peu importe ce qui avait été. Ces âmes lui prirent la main et poursuivirent la route avec cette femme pour la guider vers le refuge, ce refuge qui était aussi le leur. Une fois au refuge ils lavèrent la femme, lui donna des nouveaux vêtements, l’enveloppèrent de leurs bras tendres et aimants pendant qu’elle laissait couler toutes les larmes de son corps, la nourrirent comme une mère materne son enfant et ils la couvrirent de lumière pour la réchauffer… et c’est à cet instant qu’elle comprit pourquoi tout avait été ce qui avait été et qu’elle y vit une vision plus claire d’une suite plus précise sans toutefois savoir comment, où et avec qui elle sera dans le processus à venir car là n’était pas la priorité.

On dit que cette femme croyait savoir, croyait avoir vu et que c’est en demandant pardon à nouveau ici qu’elle comprit qu’elle avait encore beaucoup à voir, à entendre et à connaitre… mais une chose est certaine en ce qui avait trait à sa mission de vie et le don que la vie lui avait fait…plus jamais elle ne permettrait à la peur et le doute de bloquer toute la puissance qu’elle détenait pour honorer cette mission et ce don car à travers ce long processus à travers la forêt aussi confuse, mêlée et difficile à suivre qu’elle pût l’être à ce moment précis tout était trop claire.

On dit que cette femme ne cesse de remercier et de remercier et que depuis de plus en plus d’âmes de coeur se greffent à elle autant dans ses pensées, ses gestes, ses rêves…partout ils sont partout parce que maintenant elle se concentre sur la beauté du monde plutôt que de la laideur de ce monde.

Je vous rassure, cette femme reconnait qu’en vivant sur cette terre, tout comme vous, elle ne pourra jamais être l’abri des malaises, des jugements, de la jalousie, de l’envie, des attaques et davantage si elle se permet d’honorer sa nature sauvage avant tout…mais elle sent que pour avoir le courage de continuer à s’afficher ainsi pour respecter sa mission de vie c’est qu’elle est animée d’une grande force et cette force elle ne se puise nul part autre que dans ce refuge.  Par ce constat, lorsqu’elle traversera à nouveau la forêt, la force, le courage et la lumière seront là pour remplacer la peur et le doute…parce que dans la nature des cycles, il y a du mouvement et pour maintenir l’équilibre tu dois te promener continuellement entre ton refuge (ta réalité interne) et le monde externe (tout ce qui vit autour de toi).

On dit que ce long chemin à errer comme une Clandestine laisse maintenant place à divulguer sa propre identité lorsqu’elle sera en mission c’est à dire pour toujours .

Mon nom est Linda Harrisson et je suis cette femme et non je ne suis pas dans une secte ;). Et si vous passez un jour par cette forêt je serai là pour vous donner la main, moi ou un membre de ma famille de coeur….mais surtout ne retournez pas derrière faites confiance, gardez espoir et continuez à aller de l’avant à l’écoute de votre coeur en honorant votre nature sauvage et souvenez vous que vous n’êtes pas seul.

Peace, luv pour des cycles et des cycles….XXXX

info@laclandestine.me

Discussion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *